mardi 13 mai 2014

Les 7 erreurs à éviter en créant votre monde de Fantasy

La création d'un monde est une part essentielle de tout travail de fiction. Mais pour la Fantasy, c'est le cœur de l'histoire que vous allez raconter. Mais si vous vous plantez, ça peut anéantir votre récit, et rendre vos personnages totalement insignifiants. Vous allez trouver dans la suite 7 erreurs à éviter quand vous construisez un monde.  

1. Ne pas tenir compte des infrastructures basiques
Comment mangent-ils ? Que mangent-ils ? Comment se débarrassent-ils de leurs ordures ? Comment se déplacent-ils ? Que fait la majorité des gens pour survivre ? Vous ne créez pas seulement une société, vous créez aussi une économie. Les gens ne s'oppressent pas les uns les autres pour le plaisir. La plupart du temps il y a des problèmes de ressources derrière des conflits.
Peut-être que vous avez besoin de beaucoup de main-d’œuvre pour cultiver des plantes difficiles à faire pousser et peu nourrissantes. Peut-être que vous avez besoin d'énormément d'hommes pour repousser des envahisseurs. Peut-être que votre seule source de protéine est un champignon bizarre qui ne pousse que dans une zone bien définie que tous vos voisins veulent annexer. Dans tous les cas, il n'y a rien de pire qu'un monde de fiction avec des structures sociales élaborées, mais qui semble complètement coupé de réalités comme la nourriture, les abris, et les vêtements.

2. Ne pas expliquer pourquoi des évènements arrivent justement maintenant
Il y a de fortes chances que votre histoire tourne autour d'un représentant du mal apparaissant dans votre monde. Un problème majeur est de ne pas expliquer pourquoi le Mal apparaît justement maintenant, et pas 20 ans avant ou 20 ans après. Pourquoi cette armée d'elfes noirs apparaît maintenant ? Est-ce qu'il existait quelque chose qui les empêchait de sortir avant, et qui a disparu ? Est-ce que ce sera trop tard s'ils attendent une ou deux années supplémentaires ?
Si votre intrigue plonge dans des évènements pour des raisons purement arbitraires, c'est souvent une erreur de construction du monde. C'est que vous n'avez pas idée des raisons qui freinent ou poussent le Méchant, ni de ce qui freine ou pousse les autres acteurs politiques de votre société.
Toutes les sociétés sont poussées et freinées dans un sens ou dans un autre en fonction de paramètres intérieurs et extérieurs. Même un monarque absolu ne peut pas franchir certaines lignes. Parfois vous ne pouvez expliquer comment ces facteurs extérieurs agissent dans certaines conditions, sans dévoiler l'histoire d'une société et des personnes qui la dirigent.

3. Créer des versions fictives de groupes ethniques ou culturels humains, en restant superficiel
Il s'agit là d'un problème important auquel se heurtent de nombreux créateurs. En règle général, si vous voulez par exemple avoir des esquimaux dans votre roman, vous devez essayer de créer une vue précise de la société esquimaude. Si vous décidez qu'à la place des esquimaux, vous allez avoir une race spécifique appelée Squimo, vous devrez quand même de les décrire de façon détaillée et aussi nuancée que possible. Vous ne pouvez pas vous contenter de lâcher quelques stéréotypes. Chaque culture que vous créez doit avoir de multiples dimensions et donner l'impression que chaque membre a sa propre subjectivité.
Si vous vous inspirez de peuples réels, vous êtes obligés de vous documenter pour être aussi fidèle que possible. En effet, le lecteur aura des attentes que vous risquez de décevoir si vous êtes à coté de la plaque.

4. Créer des groupes sociaux, politiques, culturels et religieux monolithiques
Tout le monde dans un groupe ethnique particulier est d'accord sur tout. Tout le monde dans la classe ouvrière est d'accord sur tout. Chaque citoyen d'une nation a exactement les même opinions. Il n'y a qu'une seule version de l'Histoire qu'absolument tout le monde approuve. Tout les membres d'une religion pratiquent le dogme exactement de la même façon. Vous trouvez que ça semble plausible ? Peut-être si vous n'avez jamais fréquenté de vrais humains. Dans la vraie vie, si vous mettez ensemble trois personnes d'un même groupe, vous entendrez probablement quatre avis différents sur les sujets principaux dont s'occupe ce groupe. Quand vous imaginez les règles qui régissent votre monde, il est bon de partir sur le principe que tout le monde n'est pas d'accord sur tout. Et c'est la même chose pour l'histoire de votre monde. Il peut y en avoir différentes version en fonction du groupe d'appartenance.

5. Inventer une Histoire qui est parfaitement logique
Dans un monde imaginaire, le coté le plus puissant gagne toujours, et les dirigeants sont toujours les descendants de gens qui étaient en place des centaines d'années auparavant. Mais dans la vraie vie, ça ne se passe pas comme ça. L'Histoire est pleine de bizarreries et de coïncidences improbables, et les gens puissants font souvent d'énormes erreurs qui leur coutent cher. Il suffit de se rappeler de la bataille d'Azincourt, où 6000 anglais ont mis en déroute 18 000 français, pour comprendre qu'il y a une foule d'éléments qui rentrent en compte et peuvent changer le cours d'une bataille et de l'Histoire. L'Histoire est toujours chaotique et des destins parfaitement tracés peuvent être brisés en quelques jours.

6. Ne pas donner une consistance forte aux décors
Vous pouvez passer des heures à réfléchir à propose de l'Histoire et de la culture de votre monde imaginaire, mais si vous ne sentez pas la saleté sous vos ongles, vous n'avez pas créé un véritable endroit. Si vos lecteurs ne sont pas un peu étourdis par la puanteur d'une rivière polluée, ou transportés par la beauté d'un jardin géométrique, il manquera quelque chose. De plus, il devrait y avoir quelques endroits où le lecteur se sent comme chez lui, comme s'il pouvait imaginer y entrer dans la vie réelle. La but de la création d'un monde n'est pas juste de faire un exercice sympa, mais de donner un sens aux endroits qu'on décrit. Tout ce que vous imaginez doit aboutir à quelque chose de vivant et de concret.

7. Introduire des super-pouvoirs, comme de la magie, sans prendre en compte comment ils changent le monde.
Si votre sujet est : "C'est un monde comme le notre, sauf que tout le monde peut se rendre invisible à volonté", vous vous êtes déjà planté. Parce-que si tout le monde peut se rendre invisible, ça ne peut absolument pas être un monde comme le notre. Particulièrement si ce pouvoir existe depuis plus de quelques mois. Chaque pouvoir que vous créez n'a pas seulement un seul niveau d'impact sur le monde, il agit en profondeur, sur plusieurs niveaux.
Dans Les guerriers du silence, Pierre Bordage crée des créature qui peuvent lire dans les pensées.
Premier effet : vous pouvez espionner les autres. Avoir une telle créature augmente donc considérablement le pouvoir de ceux qui les possèdent.
Deuxième effet ; vous pouvez être espionné par les autres, les gens vont donc vouloir espionner tout en se protégeant eux-même, ce qui fait apparaître des créatures sensées protéger les pensées et qui vous suivent partout, tout le temps. Les hommes ne font plus rien seuls.
Troisième effet : ces créatures se retrouvent partout, chez tous les gens puissants qu'ils suivent jour après jour. Ils noyautent toute la société, et obtiennent un pouvoir considérable pour eux-même.
Comme vous pouvez le constater, un pouvoir unique a une avalanche de conséquences qui peuvent ébranler une société entière. Vous pouvez passer des heures à réfléchir à toutes les conséquences, et vous ne ferez surement qu'en égratigner la surface.

Si vous souhaitez créer votre propre monde de fantasy sans y passer votre vie, j'ai écrit un guide pour vous y aider : Créer un monde riche et crédible en 30 jours

6 commentaires:

  1. Super article et très utile, merci :-) Créer un monde est un véritable travail dont on ne mesure pas toujours tous les enjeux.

    RépondreSupprimer
  2. Je crois bien avoir commis l'erreur n°2 dans mon roman en cours d'écriture. Va falloir que je corrige ça. .. merci pour cet article intéressant et concis.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai des problèmes avec l'erreur 1 et l'erreur 7 apparemment merci :).

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,
    Votre article est très intéressant, et déborde largement le cadre de la fantasy (pour certains points au moins).
    J'en profite pour conseiller un ouvrage complémentaire de cette réflexion, que j'ai trouvé passionnant et extrêmement utile. Il s'agit de "Comment écrire de la fantasy et de la science-fiction" de Orson Scott Card.
    Merci pour votre article.

    RépondreSupprimer

Vous aimerez aussi :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...